Notre histoire

Un regard privilégié sur notre histoire...

Octobre 2013, année sabbatique, Hawai’i. Phiphi visionne la vidéo dans laquelle j’explique que je me suis coupé les cheveux car il me semble que Dieu me demande de me remettre en ordre en ce qui concerne les garçons. Il se dit que je suis très jolie (dommage pour mes cheveux) et zut que je sois une fille de plus qui quitte la Suisse.

Juillet 2015, Fiesch, Kingdom Festival. Au coin du camping, je tombe sur 2 demoiselles un peu pressées… et comme j’ai besoin de contenu pour ma vidéo, on les arrête pour leur sous-tirer une petite phrase. Un peu inadéquat comme moment pour discuter 🙁

Décembre 2015, Brig, marché de Noël. Je dis à Dieu que j’en ai marre d’être seule. J’ai l’impression qu’il me demande de patienter, mais que lorsque je rencontrerai mon amoureux, ça ira vite…

21 août 2016, Lausanne, Gospel Center. La seule fois de ma vie que je filme dans cette église, une fille qui est au rez (alors que je suis au premier) me tape dans les yeux, et j’ai l’impression de recevoir un feu vert de Dieu. Le lendemain, je la demande en… amie Facebook. Le pire est qu’elle accepte rapidement et en plus elle engage la discussion. Facile !

Que tu crois ! Je vois clair, peut-être même un peu trop loin. Je suis juste curieuse de savoir pour quelles raisons ce garçon pourrait penser à « nous ». Mais il n’est pas n’importe qui ! Et ne se laisse pas découvrir en deux mots par facebook… je laisse la porte ouverte et il n’insiste pas.

22 septembre 2016, Lausanne, Holy Spirit Night. …jusqu’au soir où on a enfin pu se voir, mais très rapidement. Néanmoins, je me rappelle de tes yeux.

Il me recontacte, il tombe à pic car j’ai des dossiers à procrastiner. On s’entend un peu trop bien pour ne pas que j’accepte de te rencontrer, toi, tes histoires passionnantes mais ton peu de questions et ta trottinette qui me refroidissent un peu.

Par la suite, ce ne sera pas moi qui m’achète une belle trottinette rose 😛

5 novembre 2016, Forum de Fribourg, ONE. La fille qui n’est pas trop sûre de s’intéresser à moi va passer la plénière du soir à mes côtés à la régie vidéo… mais est-ce le clavier qui a plein de petites lumières qui la fascine ?

 Bon, quand tu m’invites, je viens, quoi ! Et, en tournant autour du pot, je te parle de cadre autour d’engagements… parce qu’au fil des téléphones, je sens notre intimité grandir, punaise ! Et je ne veux pas qu’on fasse des dégâts.

Ben oui, j’ai compris le message ! Mais j’ai pas trop envie de discuter super sérieux durant mon job… D’ailleurs, après c’est pas pour rien que j’ai un peu insisté pour te voir, je crois que j’ai compris un bout de ta profondeur et aussi ton souci d’être respectueuse.

11 novembre 2016, Yverdon-les-Bains. ENFIN ! Tu mets des mots sur ce début de notre relation. On veut prendre une décision intentionnelle. Je suis honorée, mais sur la défensive, je ne te connais pas encore assez pour me laisser tomber amoureuse. Je décide de tourner ma montre contre mon poignet, en symbole de ton exclusivité dans mon cœur, je ne m’intéresse plus à aucun garçon d’ici au délai de réflexion convenu.

Parlons de ce délai ! Ayant en tête l’idée de ne rien précipiter ou brusquer, je propose 1 mois. Le contre-projet a été validé à 2 mois… mais heureusement, un concours de circonstances a changé drastiquement les choses.

LE 27 NOVEMBRE 2016, jour de mes 23 ans, mes yeux s’ouvrent à ton charme. Je te parle de la musique qui prend tant de place dans ma vie. Je ne suis pas sûre que tu aies les « épaules » pour vivre avec une passionnée comme moi. Ta réponse sage et posée à fissuré les murs de mon cœur et ma retenue.

11 décembre 2016, on a senti qu’il était bon de prendre chacun LA décision de notre côté. Donc jeûne de contacts pendant 10 jours ! De mon côté, pas de signal pour ne pas avancer, donc je suis prêt à continuer…

Un jour c’est oui, un jour c’est non… je ne sais pas trop me décider. Un truc de fille peut-être ? Mais quand ma maman prend une grosse décision, elle regarde 1- Est-ce en accord avec la Bible ? 2- Le contexte est-il favorable ? 3- Ai-je la paix dans mon cœur ? … et c’est OUI.

C’était un 21 décembre de l’an de grâce 2016, on a décidé de construire notre relation ensemble !

La suite, vous la connaissez sûrement… Entre-temps, il faut quand même préciser qu’en un week-end, on a visité Renens-Vétroz-Sion-Yverdon-Reconvilier-Bonfol-Bassecourt, soit respectivement ma grand-maman, ma famille, mon groupe de jeunes, ta colocation, la « plupart » de tes frères et sœurs et tes parents…

16 avril 2017, Yverdon-les-Bains. Je me déplaçais dans la ville quand tout à coup je tombe sur un flot de pétales roses soufflés par le vent. Tiens tiens… c’est pas mal ici.

18 avril 2017, Yverdon-les-Bains. Ah voilà, on prend un détour pour aller chez toi… tu es pressé et tu n’as pas envie de discuter avec Loïc sur le quai de gare. L’idée me traverse vite l’esprit. Mais lorsque tu poses le genou dans les pétales et me demandes si je veux t’épouser, je crois que tu t’entraînes à me demander en fiançailles. Quel gag ! Et quand tu me proposes de me montrer les messages pour rencontrer mes parents dans mon dos, je me mets à y croire… PARDON !? POUR LA VIE ????! 😀

… Le récit s’arrête ici, mais notre histoire se poursuit. Merci d’en faire partie ! <3

Maintenant, c’est nous. On s’est mariés civilement le 21 décembre et on se réjouit de faire la fête avec vous et de continuer la vie à 2 !

On est partis pour un projet de vie : construire notre couple !

 

“Celui qui est fidèle dans les petites choses l'est aussi dans les grandes”

Luc 16 : 10